LES ATELIERS DE GÉNÉALOGIE

Partez à la recherche de votre famille et apprenez à créer votre arbre généalogique. Nous vous proposons de vous aider grâce à un cycle d'ateliers d'initiation à la recherche généalogique, un mardi chaque mois, de 14 h à 17 h.

Gratuits, ces ateliers sont réservés aux adhérents -
Inscription obligatoire : contact@cegf.org.

Lieu : Maison de la Vie Associative et Citoyenne de Paris Centre,
7 rue de la Ville-Neuve, 75002 Paris. Métro : Bonne nouvelle.

Prochain atelier : mardi 12 décembre 2023.



LES COURS

Conditions de participation aux cours :

Inscription obligatoire par mail : contact@cegf.org - Places limitées.
Participation : 12 € cotisation, règlement par chèque à l'ordre de La France Généalogique.
À envoyer à l'adresse postale : 12 rue Vivienne - lot 3 - 75002 PARIS.

Lieu (sera indiqué au moment de l'inscription) :

Soit dans les locaux de la Fédération française de Généalogie
Tour ESSOR 93 - 22e étage, 14 rue Scandicci, 93500 PANTIN
Métro : ligne 5 - station Hoche. Tramway 3b - station Delphine Seyrig.
RER E : station gare de Pantin. Bus : 151, 170.

Soit dans les locaux de la Maison de la Vie Associative et Citoyenne de Paris
Centre - Site Louvre, 5 bis rue du Louvre, 75001 Paris.
Métro : ligne 1, Louvre-Rivoli. Bus 21, 67, 69, 72, 74, 85 Louvre-Rivoli

Aucun cours n'est actuellement programmé.



LES CONFÉRENCES aux archives de Paris

Depuis 2011, en partenariat avec les archives de Paris, de nombreuses conférences, ouvertes à tous et gratuites, sont programmées.

Lieu : archives de Paris - Porte des Lilas - 18 boulevard Sérurier, 75019 Paris
Inscription obligatoire à contact@cegf.org - Ouverture de la salle à 14 h 30.

Conférences programmées
d'octobre 2023 à juin 2024 :

Pour plus d'informations, cliquez sur le titre de la conférence choisie.

Cinq siècles d'histoire des Antilles françaises
Jeudi 19 octobre 2023

Les conditions de vie des Parisiens pendant le siège de Paris en 1870
Jeudi 16 novembre 2023 -- Cette conférence a été annulée.

La Révolution française et les archives : "vandalisme", "iconoclasme", ou protection du patrimoine ?
Jeudi 7 décembre 2023

Le maitre d'école du village, au temps des Lumières et de la Révolution
Jeudi 25 janvier 2024

Les plaques commémoratives de la Seconde Guerre mondiale
Quand les murs racontent l'histoire !
Jeudi 21 mars 2024

1870-1871 : Thomas-Anquétil et les francs-tireurs des Lilas
Jeudi 25 avril 2024

Comment retrouver et décrypter des photos de famille ?
Jeudi 16 mai 2024

L'utilisation des archives de notaires en généalogie
Jeudi 13 juin 2024


Cinq siècles d'histoire des Antilles françaises

Jeudi 19 octobre 2023 à 15 h

   

Une conférence qui parcourt cinq siècles d'histoire des Antilles françaises, depuis la découverte de ces îles jusqu'aux années 1980, en passant par les douloureuses périodes de la traite, des abolitions, des guerres.

Nicolas MARTIN - historien et généalogiste amateur diplômé du Diplôme Universitaire de généalogie de l'université de Nîmes et de la certification d'approfondissement en généalogie de l'École nationale des chartes, chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques.



Les conditions de vie des Parisiens pendant le siège de Paris en 1870

Jeudi 16 novembre 2023 à 15 h



Le siège de Paris dura quatre mois de septembre 1870 à janvier 1871. Il modifia profondément les conditions de vie des 2,2 millions de Parisiens. Il n'y eut pas de famine, mais des restrictions alimentaires croissantes avec le rationnement de la viande puis du pain, le recours à l'hippophagie et aux viandes de fantaisie (chats, chiens, rats, animaux exotiques du Jardin d'Acclimatation), la transformation du pain blanc en pain bis puis noir et des fraudes.
S'y ajoutèrent les pénuries de combustible et les queues devant les magasins durant un hiver glacial, l'arrêt des transports hippomobiles et de l'éclairage public, la modification des commerces : Paris devint une ville silencieuse et obscure. La misère toucha principalement les classes moyennes et la mortalité, surtout infantile, crût tout au long du siège.

Docteur Jean VITAUX - Correspondant de l'Institut.
Conférence suivie d'une séance de dédicace.



La Révolution française et les archives : "vandalisme", "iconoclasme", ou protection du patrimoine ?

Jeudi 7 décembre 2023 à 15 h

Quel a été le sort des archives, publiques et privées, pendant la Révolution française ? Deux écoles s'affrontent, des contemporains de l'événement aux historiens récents.

L'une, suivant l'abbé Grégoire, insiste sur les destructions, qualifiées de « vandalisme révolutionnaire ».
L'autre, suivant l'archiviste Camus, met l'accent sur la préservation et la conservation des archives, communales, départementales, nationales.

Et si la Révolution, au-delà de mythes tenaces (l'iconoclasme), avait été en réalité une période essentielle pour la protection du patrimoine, des familles à l'État, pour les régions épargnées par la guerre civile ?

Serge BIANCHI - Professeur émérite de l'Université.

Bibliographie :

Les conflits d'archives, sous la direction de Stéphane Péquinot et Yann Potin, Presses universitaires de Rennes, avril 2022.

Iconoclasme et révolutions de 1789 à nos jours, sous la direction d'Emmanuel Fureix, Champvallon, 2014.

La révolution culturelle de l'an II, Serge Bianchi, Aubier, 1982



Le maitre d'école du village, au temps des Lumières et de la Révolution

Jeudi 25 janvier 2024 à 15 h

La Révolution eut l'ambition de fonder un véritable système d'éducation nationale, appuyé sur des écoles publiques et des enseignements constamment civiques. Il revenait à l'école, selon les premiers républicains, de former les citoyens de demain, et donc d'assurer la victoire des temps nouveaux.

À la fin de la Révolution, les écoles privées sont cependant devenues beaucoup plus nombreuses que les écoles publiques voulues par la République. Pourquoi ? Longtemps, les historiens ont estimé que c'était là la marque du conservatisme global de la population française.

Les parents auraient préféré confier leurs enfants à des écoles privées dispensant un enseignement traditionnel (la foi catholique) voire hostile à la République ; les écoles publiques, elles, auraient échoué pour avoir voulu dispenser un enseignement exclusivement laïque.

En somme : la réaction et la religion à l'école privée ; la République à l'école publique. Emprunté aux grilles de lecture de la IIIe République, ce modèle ne correspond cependant que très imparfaitement à ce que révèlent les sources.

Pour saisir l'échec de l'école publique et le succès des écoles privées à l'heure des premiers pas du dualisme scolaire public/privé, il faut donc retourner aux archives, et remonter le temps - jusqu'au milieu du XVIIIe siècle au moins.

Côme SIMIEN - Maître de conférences en Histoire moderne, université Paris 1 - Panthéon Sorbonne (2020).



Les plaques commémoratives de la Seconde Guerre mondiale
Quand les murs racontent l'histoire !

Jeudi 21 mars 2024 à 15 h

Sous l'occupation, Paris fut le théâtre de divers événements dont les plaques commémoratives rendent compte dans l'espace public.

L'étude de ces plaques, qui rendent hommage aux acteurs et rappellent les moments forts de la Seconde Guerre mondiale dans la capitale, permet de dessiner une géographie du conflit et de retracer une histoire de la mémoire commencée dès 1944 et qui se poursuit encore aujourd'hui.


Céline LARGIER VIÉ - Maître de conférences en linguistique - Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.



1870-1871 : Thomas-Anquétil et les francs-tireurs des Lilas

Jeudi 25 avril 2024 à 15 h

Pendant le siège de Paris, de septembre 1870 à janvier 1871, différents corps-francs participent à la défense de la capitale. L'action de ces combattants est alors diversement appréciée.
Lors du second siège de Paris, entre mars et mai 1871 sous la Commune, d'autres corps francs prennent part aux combats.
Tenter de suivre les parcours individuels de ces francs-tireurs n'est pas chose facile.

Le cas de Thomas-Anquétil et de sa petite troupe, opérant dans le Nord et l'Est de Paris, permet d'éclairer des profils et des configurations étonnantes. C'est aussi l'occasion d'explorer des fonds d'archives spécifiques.

Jérôme MALHACHE - Généalogiste professionnel familial, auteur et conférencier.

Conférence suivie d'une séance de dédicace.



Comment retrouver et décrypter des photos de famille ?

Jeudi 16 mai 2024 à 15 h

Quoi de plus émouvant que de retrouver le portrait d'un aïeul ? Et quoi de plus frustrant que de disposer de vieilles photos sans aucun nom ?

Dans cette conférence, Tony Neulat vous donne les clés pour retrouver des photos de famille anciennes, à la fois dans les fonds privés et dans les fonds publics, dans les armoires de cousins et sur la toile.

Car contrairement aux idées reçues, la découverte de photos de famille n'est pas une question de chance mais de méthode.

Il livre également ses astuces, au travers de cas concrets, pour identifier les visages tombés dans l'oubli.

Tony NEULAT - chercheur indépendant en histoire.

Conférence suivie d'une séance de dédicace.



L'utilisation des archives de notaires en généalogie

Jeudi 13 juin 2024 à 15 h

L'état civil permet de trouver les noms, les dates et les lieux à faire figurer dans un arbre généalogique.

Les documents notariés y ajoutent des anecdotes, des émotions – et transforment parfois en amis familiers des ancêtres vieux de plusieurs siècles.

Les actes notariés dessinent le portrait de l'ancêtre, sa position sociale et son évolution, sa bonne ou mauvaise entente avec ses enfants ou ses voisins, la façon dont il a aménagé sa maison, la couleur des robes de son épouse, ses casseroles, ses outils, ses livres.

Mais comment y accéder ?
Où en sont les numérisations ?
Et sur Paris, comment explorer le Minutier central ?

Marie-Odile MERGNAC - Conférencière, créatrice des collections de guides de généalogie d'Archives et Culture.

Conférence suivie d'une séance de dédicace.


Gilles Andrivet

Alain Légaud

Jérôme
Malhache

Annie Lecornec